Devenez ce que vous êtes: comment les nouvelles communautés en ligne stimulent l’auto-identification et la mobilité sociale

Le mot «droit d’aînesse», lorsqu’il est défini comme le droit d’un individu à des avantages ou des biens particuliers conférés à la naissance, a presque disparu. En effet, cela semble anachronique et presque anti-américain – le «droit» lui-même a accumulé une multitude de connotations négatives ces dernières années. Nous croyons toujours que certaines vérités sont évidentes et certains droits inaliénables, du moins en théorie, mais le concept d’avoir un droit d’aînesse sur les opportunités – ou les responsabilités – semble archaïque.

De nos jours, même dans les pays développés, la plupart des familles ont du mal à maintenir au mieux un style de vie de classe moyenne et ont très peu de droit d’aînesse, le cas échéant, à conférer à leur progéniture. D’un autre côté, c’est probablement une bonne nouvelle que nous vivons dans des sociétés de plus en plus ouvertes et diversifiées, où nous ne considérons plus les enfants comme étant destinés à divers privilèges ou privations en raison du contexte de leur naissance.

Et pourtant, nous ne pouvons ignorer le rôle joué par les circonstances de la petite enfance dans la détermination du chemin et du sens de la place d’un individu dans le monde. Grâce en partie aux progrès technologiques des dernières décennies, ce sentiment d’appartenance est de moins en moins dépendant de l’emplacement géographique ou du statut social..

Cependant, nos identités sont encore forgées par la socialisation – le processus d’intériorisation des normes sociétales et culturelles qui assure la survie des individus et la continuité de la civilisation.

Nous apprenons qui nous sommes et ce que nos vies futures pourraient nous réserver à travers les cadres et les récits de nos communautés. À mesure que la technologie Internet change la nature de nos communautés, elle doit changer la nature de nos identités – et la façon dont ces identités peuvent évoluer au cours de la vie.

Apportez vous-même

Au XIXe siècle, l’industrialisation a conduit à la formation de strates entières de nouvelles catégories d’emplois. Le changement de modèle économique a imprégné la structure sociale, amenant les gens à remettre en question leur place et leur but dans celle-ci. La plupart ont constaté que, même si leur conscience des possibilités de la vie s’était accrue, le cadre socio-économique rigide les empêchait de sortir des limites de la situation dans laquelle ils étaient nés..

En 1835, l’un des grands penseurs de l’époque, Karl Marx, alors âgé de 17 ans et partant tout juste sur son propre chemin, écrivait dans Réflexions d’un jeune homme sur le choix d’une profession:

«Nous ne pouvons pas toujours atteindre la position à laquelle nous croyons être appelés. Nos relations dans la société ont déjà commencé dans une certaine mesure à s’établir avant que nous ne soyons en mesure de les déterminer.

Les possibilités d’apprentissage étaient extrêmement limitées, et même si l’on parvenait à acquérir les connaissances nécessaires à l’avancement social et professionnel, les obstacles à l’entrée ou à la sortie des communautés étaient trop élevés..

Les frontières communautaires sont progressivement devenues plus perméables au cours des XIXe et XXe siècles, mais le changement décisif s’est produit lorsque l’adoption croissante d’Internet a favorisé l’émergence de communautés en ligne qui ne nécessitaient aucune qualification d’entrée en dehors de l’accès à Internet et n’étaient pas limitées par des considérations géographiques ou démographiques. Pour la première fois, les individus pouvaient se présenter selon leurs propres conditions à un groupe de personnes solidaires partageant des croyances, des intérêts et des codes de conduite communs – même si la plupart d’entre eux ne se rencontreraient jamais face à face.

La technologie Internet rend possible la composition éditoriale de l’identité en ligne et facilite les connexions bien au-delà de la portée des communautés «nées au naturel». L’utilisateur, représenté à travers des réseaux de connexions sociales dans différents environnements numériques, était libéré des restrictions de la vie réelle, libre de choisir les affiliations communautaires et de les abandonner à volonté..

Mix and match de la communauté

Les communautés sont au cœur d’une société saine, et bien qu’elles puissent varier dans leur forme et leur mise en œuvre, certains facteurs contribuent au sentiment d’appartenance qui forme la base de l’auto-définition. Une étude influente menée en 1986 par David McMillan et David Chavis a révélé qu’il existe quatre éléments durables qui contribuent à un sentiment de communauté: l’appartenance, l’influence, l’intégration et la satisfaction des besoins, et le lien émotionnel partagé..

Tout au long de la vie, l’importance relative de ces éléments est susceptible de changer – alors que l’influence et l’action peuvent être plus importantes à certains stades, un lien émotionnel est primordial à d’autres. Non seulement les gens changent avec le temps, mais les besoins de leur communauté peuvent être vastes et même contradictoires. Maintenant, nous pouvons trouver une communauté pour soutenir chacun de nos intérêts, pour valider chaque aspect de notre personnalité.

Au fur et à mesure que la technologie de communication à distance s’améliore et que les communautés en ligne prolifèrent, la recherche de la bonne communauté devient plus raffinée, les choix plus nuancés. Cette variété se traduit par la liberté d’être complètement libre, entièrement personnalisé – ne s’adaptant parfaitement à aucune catégorie, mais trouvant la communion dans une multitude de paramètres.

Beam me up: la mobilité décentralisée

Un autre grand penseur du XIXe siècle, Ralph Waldo Emerson, a envisagé le chemin idéal de l’auto-identification – «La seule personne que vous êtes destiné à devenir est la personne que vous décidez d’être.» La réalisation de cette vision est plus possible maintenant qu’elle ne l’a jamais été dans l’histoire humaine, bien que récemment les indicateurs de mobilité socio-économique aient diminué dans de nombreux pays, y compris les États-Unis, en raison d’une combinaison de facteurs économiques et politiques..

Alors que les communautés en ligne ont permis aux membres d’être ce qu’ils décident d’être socialement et professionnellement, elles ont été impuissantes à libérer les membres des contraintes des institutions financières centralisées – jusqu’à récemment. Désormais, l’intégration de solutions décentralisées avec les plates-formes communautaires a également le potentiel de fournir une indépendance financière accrue..

Des transactions transparentes, des outils d’investissement accessibles, des contrats intelligents et des récompenses à valeur ajoutée peuvent donner aux utilisateurs le contrôle de leurs finances de la même manière que les communautés en ligne leur ont donné le contrôle de leur identité..

Aller à la perfection

Peut-être qu’une participation plus large aux plates-formes communautaires qui utilisent des technologies de pointe pour rendre l’adhésion plus transparente, plus sûre et plus favorable à la mobilité sociale pourrait nous aider à concrétiser enfin le rêve d’un jeune Karl Marx, comme il l’a formulé dans le même ouvrage de 1835. Il a parlé sur la profession, mais il sert également d’inspiration pour la poursuite de toute vocation, passion ou identité:

«Si les conditions de notre vie nous permettent de choisir la profession que nous aimons, nous pouvons adopter celle qui nous assure la plus grande valeur, celle qui se fonde sur des idées dont nous sommes profondément convaincus de la vérité, qui nous offre le champ d’action le plus large. pour l’humanité, et pour nous-mêmes pour nous rapprocher du but général pour lequel toute profession n’est qu’un moyen: la perfection.

carte